Pages 189 - 197

The Effect of Community-Based Reproductive Health Communication Interventions on Contraceptive Use Among Young Married Couples in Bihar, India

Contexte

La pratique contraceptive parmi les jeunes couples d’Inde est faible et la procréation précoce, de même que les intervalles de naissance brefs, sont fréquents. Le projet PRACHAR, campagne continue au Bihar, cherche à accroître la pratique contraceptive en vue de différer et d’espacer les naissances, par le biais d’interventions de communication.

Méthodes

Des échantillons aléatoires de femmes mariées de moins de 25 ans et mères d’au plus un enfant ont été interviewés en 2002–2003, avant la mise en oeuvre de PRACHAR (N=1.995), et en 2004, 21 à 27 mois après la mise en oeuvre (N=2.080). Les différences au niveau de la demande et de la pratique contraceptive, ainsi que des attitudes et connaissances afférentes, ont été évaluées d’une enquête à l’autre et dans les zones d’intervention par rapport aux zones de comparaison. L’effet des interventions sur ces indicateurs a été évalué par régression logistique.

Résultats

La pratique contraceptive s’est révélée très faible (2%à 6%), au niveau de référence, tant dans les zones de comparaison que d’intervention. La demande de contraception est passée de 25% au niveau de référence à 40% au suivi dans les zones d’intervention, tandis qu’elle demeurait virtuellement inchangée dans celles de comparaison. Au suivi, la pratique contraceptive avait augmenté dans les deux groupes, mais la probabilité ajustée de pratique dans les zones d’intervention s’est avérée 3,8 fois supérieure à celle des zones de comparaison. Dans les zones d’intervention, il s’est avéré fort probable que les femmes sachent que la fécondité varie pendant le cycle menstruel et conviennent que la maternité précoce peut être préjudiciable et que la pratique contraceptive est nécessaire et sûre si l’on veut différer les premières naissances (rapports de probabilités 1,6–3,0).

Conclusion

Des programmes de communication communautaires adaptés à la culture locale, ayant pour cible les jeunes et les personnes qui influencent leurs décisions, peuvent susciter une demande de contraception parmi les jeunes couples et mener à une pratique contraceptive accrue.

Authors' Affiliations

Elkan E. Daniel is advisor, and Rekha Masilamani is country representative, at Pathfinder International/India, New Delhi, India. Mizanur Rahman is senior research advisor, Pathfinder International, Watertown, MA, USA.

Acknowledgment

Support for the PRACHAR Project is provided by the David and Lucile Packard Foundation. The authors thank Amy Tsui for her comments on the manuscript and for her suggestions regarding analytical approaches, her staff for their help in data analysis, Stan Becker and Julie DaVanzo for their comments on the paper and Kate Schaffer for editing the manuscript.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health

Support Our Work

Your support enables the Guttmacher Institute to advance sexual and reproductive health and rights in the United States and globally through our interrelated program of high-quality research, evidence-based advocacy and strategic communications.