Pages 62 - 71

Abortion Experiences of Unmarried Young Women In India: Evidence from a Facility-Based Study in Bihar and Jharkhand

Contexte

En Inde, l'expérience des jeunes femmes non mariées qui désirent interrompre une grossesse non désirée n'est guère documentée.

Méthodes

Une enquête a été menée auprès de 549 femmes non mariées de 15 à 24 ans qui s'étaient fait avorter en 2007–2008 dans l'une de 16 cliniques gérées par l'ONG Janani dans les états de Bihar et Jharkhand. Les différences d'antécédents et d'obstacles à l'obtention d'un avortement, entre celles qui s'étaient fait avorter durant le premier trimestre et celles qui avaient obtenu la procédure pendant le deuxième, ont été examinées. Les associations entre ces facteurs et l'obtention d'un avortement du deuxième trimestre ont été identifiées par analyse de régression logistique.

Résultats

Quatre-vingt-trois pour cent des femmes avaient pris conscience de leur grossesse durant les deux premiers mois et 91% durant le premier trimestre. Quatre-vingt-quatre pour cent avaient décidé avant la fin du premier trimestre de se faire avorter mais 75% seulement l'avaient fait dans ce délai. Une participante sur six a déclaré que sa grossesse était le résultat d'une rencontre sexuelle non consensuelle. Ces déclarations se sont révélées plus fréquentes parmi les femmes qui s'étaient fait avorter pendant le deuxième trimestre. Les femmes plus âgées ou davantage scolarisées présentent une moindre probabilité d'avortement au deuxième trimestre (rapport de probabilités, 0,9 pour chaque groupe), tandis que celles des milieux ruraux, n'ayant pas bénéficié du plein appui de leur partenaire ou ayant déclaré un rapport forcé sont plus susceptibles d'avoir obtenu un avortement tardif (2,3–4,1).

Conclusions

Il existe, pour les jeunes femmes et hommes non mariés, un besoin de programmes d'éducation sexuelle qui soulignent l'importance de la reconnaissance d'une grossesse dès le début de la gestation et celle de la prompte obtention d'un avortement si la grossesse n'est pas désirée.

Authors' Affiliations

Shveta Kalyanwala is senior program officer, A.J. Francis Zavier is program officer, Shireen Jejeebhoy is senior associate and Rajesh Kumar is assistant program officer—all at the Population Council, New Delhi.

Acknowledgment

This project was supported by a grant to the Population Council from the Hewlett Foundation and a grant to the Consortium for Comprehensive Abortion Care from the Packard Foundation and the Swedish International Development Agency. We are grateful to Rajib Acharya and K.G. Santhya for valuable comments and suggestions, to M.A. Jose and Komal Saxena for support in preparing the article, and to Anupa Burman, Rakhi Burman, Preeti Verma and our team of investigators for their efforts at eliciting information on these sensitive topics. The authors acknowledge input received at the IUSSP seminar Interrelationships Between Contraception, Unintended Pregnancy and Induced Abortion, held in Addis Ababa, Ethiopia, Dec. 1–3, 2008, where an earlier version of this article was presented.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health