Pages 34 - 39

Stability and Change in Fertility Preferences Among Young Women in Malawi

Contexte

Si la recherche a démontré l’évolution des préférences de fécondité au fil du temps, la connaissance n’est guère définitive quant au niveau et à la direction du changement, parmi les femmes jeunes et célibataires surtout. Les facteurs associés aux changements des préférences de fécondité au fil du temps sont du reste peu connus.

Méthode

L’analyse repose sur les cinq premières vagues de données d’une étude longitudinale d’un échantillon aléatoire de femmes âgées de 15 à 25 ans dans le sud du Malawi. Les données ont été collectées à intervalles de quatre mois sur une période de 18 mois, entre juin 2009 et décembre 2010. Des modèles de régression logit multinomiale servent à calculer les rapports de risque relatif et à identifier les associations entre quatre catégories d’événements de vie (génésique, relation, santé et économie) et la variation des préférences temporelles de fécondité.

Resultats

Durant chaque période de quatre mois, plus de la moitié des femmes ont déclaré un changement du moment désiré de leur prochaine naissance; les reports et accélérations des désirs exprimés se sont révélés courants. Plusieurs événements de vie, tels que la naissance d’un enfant, l’établissement d’une relation sérieuse et les fluctuations des finances du ménage, sont associés aux changements de niveau et de direction de la préférence de fécondité.

Conclusion

La variation des préférences temporelles de fécondité survient souvent en réponse aux changements des circonstances de la vie. Comprendre les raisons de cette variation pourrait aider les prestataires de la planification familiale à répondre aux besoins de contraception des femmes.

Authors' Affiliations

Christie Sennott is a doctoral candidate in sociology at the University of Colorado, Boulder, USA, and Sara Yeatman is assistant professor in the Department of Health and Behavioral Sciences at the University of Colorado, Denver.

Acknowledgment

The authors are grateful to the National Institute of Child Health and Human Development, which funded the Tsogolo la Thanzi research project and provided some salary support for the authors through NICHD R01-HD058366.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health