Donate Now

Connect With Us

Search form

Pages 23 - 33

Women’s Empowerment and Choice of Contraceptive Methods in Selected African Countries

Contexte

Il est généralement admis que le manque de pouvoir de décision des femmes peut limiter leur pratique de la contraception moderne. Peu d’études examinent cependant les différentes dimensions de l’autonomisation des femmes et de leur pratique contraceptive dans les pays d’Afrique.

Méthodes

Les données sont issues du dernier passage de l’Enquête démographique et de santé, entre 2006 et 2008, en Namibie, en Zambie, au Ghana et en Ouganda. Les réponses des femmes de 15 à 49 ans mariées ou en concubinage sont analysées en fonction de six dimensions d’autonomisation et de la pratique actuelle de méthodes strictement féminines ou de couple. Les associations entre les dimensions d’autonomisation et la pratique d’une méthode sont identifiées par régressions multinomiales bivariées et multivariées.

Résultats

Des associations positives sont observées entre la cote d’autonomisation globale et la pratique d’une méthode dans tous les pays (rapports de risques relatifs, 1,1–1,3). Dans l’analyse bivariée, la prise de décisions économiques au sein du ménage est associée à l’usage de méthodes strictement féminines ou de couple (1,1 pour tous), de même que l’accord sur les préférences de fécondité (1,3–1,6) et que la capacité de négociation de l’activité sexuelle (1,1–1,2). En Namibie, les attitudes négatives des femmes à l’égard de la violence familiale sont en corrélation avec la pratique des méthodes de couple (1,1).

Conclusions

L’adoption de différentes approches pourrait être utile aux programmes d’intervention visant à accroître la pratique contraceptive, notamment la promotion de la discussion des couples sur les préférences de fécondité et la planification familiale, l’amélioration de l’auto-efficacité des femmes dans la négociation de l’activité sexuelle et le renforcement de leur indépendance économique.

Authors' Affiliations

Mai Do is assistant professor, and Nami Kurimoto was a doctoral candidate at the time of this study, both in the Department of Global Health Systems and Development, Tulane University School of Public Health and Tropical Medicine, New Orleans, Louisiana, USA.

Acknowledgment

This research was supported by the MEASURE Evaluation Population and Reproductive Health Project, funded by the U.S. Agency for International Development through cooperative agreement associate award GPO-A-00-09-00003-00. The authors thank Anastasia Gage and Janine Barden-O’Fallon for their comments on earlier versions of this article.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health