Pages 28 - 38

Differences in Unintended Pregnancy, Contraceptive Use and Abortion by HIV Status Among Women In Nigeria and Zambia

Contexte

L’Afrique subsaharienne souffre du fardeau de hauts taux de grossesse non planifiée et de VIH. La relation entre ces deux risques de santé dans la région n’est cependant guère documentée. Comprendre les associations entre l’état sérologique VIH et la décision de grossesse peut être utile aux stratégies de réduction des grossesses non planifiées.

Méthodes

En 2009–2010, des enquêtes de ménage menées auprès de 1.256 Nigérianes et 1.280 Zambiennes ont collecté une information sur les caractéristiques sociodémographiques, la grossesse non désirée, la pratique contraceptive, l’avortement et l’état sérologique autodéclaré. Des modèles multivariés ont servi à l’examen de l’association entre l’état sérologique déclaré, d’une part, et, d’autre part, la grossesse non planifiée et l’avortement durant les cinq années précédant l’enquête, et la pratique contraceptive au moment de la conception.

Résultats

Les femmes séropositives et séronégatives ne présentent aucune différence quant à la probabilité de grossesse non planifiée ou de recours à l’avortement. Celles séropositives paraissent cependant plus susceptibles d’avoir pratiqué la contraception au moment de la conception non planifiée (OR, 3,2). Les femmes qui ignoraient leur état sérologique sont moins susceptibles que celles séronégatives de déclarer une grossesse non planifiée (0,6). Elles sont cependant moins susceptibles aussi que celles séronégatives d’avoir pratiqué la contraception au moment de la conception (0,5).

Conclusion

Il est possible que les femmes séropositives s’efforcent davantage de prévenir les grossesses non planifiées, mais avec moins de succès que celles séronégatives. Des efforts doivent être déployés pour améliorer l’accès aux méthodes contraceptives efficaces et au conseil pour toutes les femmes, séropositives en particulier.

Authors' Affiliations

Akinrinola Bankole is director of international research and Sarah Keogh is senior research associate, both at the Guttmacher Institute, New York. Odunayo Akinyemi is lecturer, Department of Epidemiology and Medical Statistics; Olutosin Awolude is consultant and lecturer, Department of Obstetrics and Gynaecology; and Isaac Adewole is vice-chancellor and professor, Department of Obstetrics and Gynaecology—all at the University of Ibadan, Nigeria. Kumbutso Dzekedzeke is independent consultant, Lusaka, Zambia.

Acknowledgment

The authors would like to thank Ann Biddlecom, Nyovani Madise and Monica Magadi for reviewing an earlier draft of this article and for their helpful comments. Funding for this research was provided by the Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development (R01 HD 058359) and the Consortium for Research on Unsafe Abortion in Africa () and its principal donor, the UK Department for International Development.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health

Support Our Work

Your support enables the Guttmacher Institute to advance sexual and reproductive health and rights in the United States and globally through our interrelated program of high-quality research, evidence-based advocacy and strategic communications.