Pages 108 - 118

Pregnancy Termination in Matlab, Bangladesh: Maternal Mortality Risks Associated with Menstrual Regulation and Abortion

Contexte

La régulation menstruelle (RM), considérée comme une méthode relativement sûre, et l’avortement, méthode vraisemblablement moins dénuée de risque, se pratiquent tous deux au Bangladesh pour interrompre la grossesse (connue ou soupçonnée). L’évolution dans le temps du recours à ces méthodes et les risques de mortalité comparés ne sont cependant guère documentés.

Méthodes

Les données du Système de surveillance démographique de Matlab (Bangladesh) concernant 110 152 issues de grossesse entre 1989 et 2008, ont servi à évaluer l’évolution des risques de mortalité associés à la RM (ainsi qu’à un petit nombre de procédures de dilatation et curetage), à l’avortement et à la naissance vivante. Les issues ont été comparées par disposition en tableaux et analyses de régression logistique dans deux zones de Matlab: la zone de comparaison, qui bénéficie de services de santé et de planification familiale publics standard, et la zone Santé maternelle et de l’enfant–Planification familiale (SME-PF), bénéficiaire de meilleurs services.

Résultats

Sur l’ensemble de Matlab, la proportion des grossesses interrompues par RM passe de 1,9% en 1989–1999 à 4,2% en 2000–2008, tandis que celle des grossesses interrompues par avortement diminue, de 1,6% à 1,1%. Le risque de mortalité associé à la RM représente 4,1 fois celui de la naissance vivante en 1989–1999, mais il n’est plus élevé en 2000–2008. Celui de l’avortement représente, respectivement, 12,0 et 4,9 fois celui de la naissance vivante en 1989–1999 et en 2000–2008. La réduction du risque de mortalité est supérieure dans la zone SME-PF (90% par rapport à 75% dans la zone de comparaison).

Conclusion

La RM n’expose plus les femmes à un risque de mortalité élevé par rapport à celui de la naissance vivante; l’avortement, si.

Authors' Affiliations

Mizanur Rahman is senior research associate, Carolina Population Center, University of North Carolina, Chapel Hill, USA. Julie DaVanzo is senior economist, RAND, Santa Monica, CA, USA. Abdur Razzaque is scientist and manager, Health and Demographic Surveillance System, International Centre for Diarrhoeal Disease Research, Bangladesh, Dhaka.

Acknowledgment

Support was provided by the World Health Organization Research Program on Sexual and Reproductive Health, Geneva, through a grant to the International Centre for Diarrheal Disease Research, Bangladesh, which subcontracted services from Pathfinder International, where Dr. Rahman was employed when this research began. The authors thank Shahabuddin Ahmed for his assistance with the data analysis. The views expressed in this article are those of the authors and do not reflect the opinions of current or past employers or funders.

Author contact: [email protected]

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health

Support Our Work

Your support enables the Guttmacher Institute to advance sexual and reproductive health and rights in the United States and globally through our interrelated program of high-quality research, evidence-based advocacy and strategic communications.