Volume 42, Issue 4
Pages 179 - 186

HIV Care Providers’ Communication with Patients About Safer Conception for People Living with HIV in Tanzania

Contexte

Les personnes vivant avec le VIH désirent parfois avoir des enfants, mais ne sont souvent pas assez bien informées sur la conception et la grossesse à moindre risque et il leur est difficile d'obtenir des services de santé reproductive de haute qualité. Il importe de mieux comprendre la communication entre patients et prestataires sur les questions de procréation et les directives de conception à moindre risque pour les personnes vivant avec le VIH, afin d’éclairer l'orientation clinique d'accompagnement des couples affectés par le VIH qui désirent concevoir.

Méthodes

Des entretiens en profondeur ont été menés avec 30 prestataires de services liés au VIH dans sept établissements de santé d'Iringa (Tanzanie) et 60 femmes et hommes séropositifs clients des établissements à l’étude. L’étude suit un processus de recherche itératif et procède par analyse de contenu thématique.

Résultats

Les prestataires déclarent avoir reçu une formation limitée sur la procréation et la conception à moindre risque pour les personnes séropositives, ajoutant que l'orientation clinique sur la question est faible en Tanzanie. Bien que de nombreux prestataires mentionnent le droit, pour les personnes vivant avec le VIH, d'avoir des enfants, certains patients séropositifs déclarent avoir été découragés, par les prestataires, d'en avoir d'autres. Seuls quelques patients séropositifs disent avoir été informés sur les stratégies de conception à moindre risque pour les couples affectés par le VIH dans le cadre de discussions avec leurs prestataires de santé.

Conclusions

L'orientation concernant le conseil sur la conception à moindre risque et la grossesse sans risque pour les femmes et les hommes vivant avec le VIH en Tanzanie doit être mise à jour. Il est essentiel de former les prestataires sur les questions de la grossesse sans risque et de la conception à moindre risque pour les couples affectés par le VIH, ainsi que d'intégrer les services relatifs au VIH à ceux de santé sexuelle et reproductive, pour que les patients séropositifs et leur partenaire puissent planifier leurs grossesses et recevoir les soins dont ils ont besoin pour gérer leur santé et leurs grossesses.

Authors' Affiliations

Haneefa T. Saleem was a doctoral candidate at the Bloomberg School of Public Health, Johns Hopkins University, Baltimore, MD, USA, at the time this article was written. Pamela J. Surkan is associate professor, Deanna L. Kerrigan is associate professor and Caitlin E. Kennedy is associate professor—all at the Bloomberg School of Public Health.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health