Volume 42, Issue 4
Pages 187 - 196

Premarital Births and Union Formation in Rural South Africa

Contexte

En Afrique du Sud rurale, les femmes diffèrent souvent la formation d'une union jusqu'à la vingtaine avancée, bien que les premières maternités prénuptiales soient courantes.

Méthodes

Les données longitudinales du système de surveillance sociodémographique et sanitaire (HDSS) d'Agincourt en Afrique du Sud rurale ont servi à l'examen du rapport entre la maternité prénuptiale et la formation d'une union parmi 55 158 femmes non migrantes âgées de 10 à 35 ans qui avaient participé à au moins un recensement annuel entre 1993 et 2012. Des modèles d'historique d'événement en temps discret ont été utilisés pour déterminer si la probabilité de formation d'une union différait entre les femmes devenues mères avant le mariage ou non. Les associations entre la maternité monoparentale et le type d'union (mariages ou partenariats non matrimoniaux) ont été identifiées par régression logistique.

Résultats

Quarante-cinq pour cent des femmes étaient devenues mères avant le mariage et 25% avaient formé une première union. Les femmes qui avaient eu un premier enfant avant le mariage étaient moins susceptibles que les autres d'avoir formé une première union (RC, 0,6). Celles qui avaient eu un enfant au cours de l'année précédente étaient plus susceptibles que celles sans naissance prénuptiale d'avoir formé une union (1,5), mais la probabilité de formation d'union était moindre si la naissance avait eu lieu un à deux ans plus tôt (0,9) ou au moins cinq ans plus tôt (0,8). Les unions formées au cours des deux années suivant une naissance prénuptiale présentaient une probabilité élevée d'être des partenariats non matrimoniaux (1,2–1,4).

Conclusions

La maternité monoparentale est courante dans le système Agincourt HDSS et les femmes caractérisées par une première maternité prénuptiale n'établissent pas facilement d'unions engagées avec leurs partenaires.

Authors' Affiliations

Christie Sennott is assistant professor, Department of Sociology, Purdue University, West Lafayette, IN, USA; and visiting researcher, MRC/Wits Rural Public Health and Health Transitions Research Unit, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa. Georges Reniers is associate professor, Department of Demography, London School of Hygiene and Tropical Medicine, UK; and honorary senior researcher, School of Public Health, University of the Witwatersrand. F. Xavier Gómez-Olivé is research manager, MRC/Wits Rural Public Health and Health Transitions Research Unit, University of the Witwatersrand. Jane Menken is research professor, Institute of Behavioral Sciences, and distinguished professor, Department of Sociology, University of Colorado, Boulder, USA.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health