Volume 46
Pages 125 - 133

Perceived Conflicting Desires to Delay the First Birth: A Household-Level Exploration in Nepal

Contexte: La norme généralement acceptée en Asie du Sud veut que les couples commencent à avoir des enfants immédiatement après le mariage et que, quand bien même ils préféreraient différer leur parentalité, ils subissent la pression contraire des membres de leur foyer. La recherche n'a cependant guère examiné le désir de retarder la parentalité parmi les jeunes mariés et les membres de leur foyer dans le contexte changeant du Népal, où les tendances du mariage évoluent, l'éducation des femmes augmente et la fécondité est en baisse.

Méthodes: Pour explorer la dynamique des désirs actuels de fécondité, des entretiens en profondeur ont été organisés avec 20 triades intactes formées, chacune, d'une jeune mariée, de son mari et de sa belle-mère, dans un district du Népal en février-mars 2017. Par analyse thématique, les entrevues ont été lues et codées séparément par type (femmes, maris, belles-mères), puis les triades ont été considérées ensemble et codées pour déterminer les tendances et les thèmes au niveau du foyer.

Résultats: La plupart des jeunes femmes et hommes mariés désirent différer la naissance de leur premier enfant, mais n'ont pas communiqué entre eux à ce sujet. Bien que les couples soient souvent en accord sur la question du report, ils sentent la pression, de la part de leur belle-famille et de la société, d'avoir rapidement des enfants. Contrairement aux attentes, certaines belles-mères soutiennent l'idée de différer la parentalité, pour permettre aux jeunes femmes de mûrir, de poursuivre leur éducation ou de gagner un salaire. Elles perçoivent cependant elles aussi une pression contraire de la société. La migration économique des hommes contribue du reste à la pression d'avoir rapidement des enfants.

Conclusions: Il peut être important d'aider les couples à tirer au clair les normes et désirs de fécondité contradictoires, afin de faciliter le report de la parentalité pour ceux qui le souhaitent. Les programmes doivent engager tous les membres du foyer et chercher à accroître la communication au sein du couple et du foyer pour résoudre les perceptions inexactes concernant les désirs de fécondité.

Authors' Affiliations

Nadia Diamond-Smith is assistant professor, Department of Epidemiology and Biostatistics and Institute for Global Health Sciences; Noemi Plaza is a medical student, Department of Medicine; Sheri D. Weiser is associate professor, Department of Medicine; and Cynthia C. Harper is professor, Department of Obstetrics and Gynecology—all at the University of California, San Francisco, USA. Mahesh Puri is director of research, and Minakshi Dahal is program manager—both at the Center for Research on Environment, Health and Population Activities, Kathmandu, Nepal.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health