Volume 46
Pages 211 - 222

Estimating the Incidence of Induced Abortion in Java, Indonesia, 2018

Contexte: En Indonésie, la mortalité maternelle est élevée et l'avortement est limité par la loi. Il existe un besoin d'information fiable concernant l'avortement provoqué. La difficulté de mesurer l'avortement dans les contextes où il est strictement limité et fortement stigmatisé demande cependant des approches innovantes.

Méthodes: Les données proviennent de trois enquêtes initiales menées à Java auprès de structures de santé, de sources bien informées et de femmes âgées de 15 à 49 ans, entre avril 2018 et janvier 2019. Le taux d'incidence de l'avortement provoqué à l‘échelle d'une année à Java a été estimé selon deux méthodes: la méthode AICM standard d‘évaluation de l'incidence de l'avortement en fonction des complications traitées et une méthode AICM modifiée. Chaque méthode a été évaluée en fonction de la qualité des données et de l'information connue sur les indicateurs de santé sexuelle et reproductive relatifs aux taux d'avortement, afin de déterminer celle qui avait le mieux mesuré l'incidence de l'avortement à Java.

Résultats: Les estimations des complications résultant de l'avortement provoqué obtenues des sources informées et des femmes consultées se sont avérées nettement différentes. La méthode AICM modifiée a produit une estimation de 42,5 avortements pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans, tandis que la méthode AICM standard produisait une estimation inférieure (25,8 pour 1 000). En comparant la distribution des méthodes d'avortement pratiquées, on a constaté que les sources informées estimaient l'avortement moins sùr que ne l'indiquaient les déclarations des femmes concernant leur propre expérience. Il est dès lors probable que la méthode AICM standard sous-estime l'avortement.

Conclusions: La méthode AICM modifiée, plus efficace que la méthode standard, fait état d'une pratique courante de l'avortement à Java. Un meilleur accès à la contraception et à des soins après avortement de qualité est nécessaire. La recherche future devrait se pencher sur la sécurité de l'avortement, en ce qui concerne en particulier les interventions autogérées.

Authors' Affiliations

Margaret M. Giorgio is senior research scientist; Melissa Stillman is senior research associate; Jesse Philbin is senior research associate; Susheela Singh is distinguished scholar and vice president for global science and policy integration; and at the time of this work, Gilda Sedgh was principal research scientist—all at the Guttmacher Institute, New York. Budi Utomo is senior researcher, Nugroho Soeharno is professor and Besral is professor—all at the Faculty of Public Health, University of Indonesia, Jakarta. Riznawaty Imma Aryanty is national program officer for reproductive health, UNFPA Indonesia, Jakarta.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health