Volume 46
Supplement pages 35 - 43
Focus on Abortion: Article

Contraceptive Receipt Among First-Trimester Abortion Clients and Postpartum Women in Urban Mexico

Contexte: Au Mexique, l’avortement au premier trimestre de la grossesse est légal dans la ville de Mexico et peut être obtenu dans le secteur public et privé. Comprendre l’adoption ultérieure de la contraception par les patientes de l’avortement au premier trimestre et leur éventail de méthodes, par rapport aux femmes qui accouchent d’un enfant vivant en structure sanitaire pourrait aider à identifier les possibilités d’amélioration des soins après un événement obstétrical dans l’ensemble du système de santé.


Méthodes: Sur la base d’une étude de cohorte rétrospective, cet article compare l’adoption de la contraception avant la sortie de la structure de soins, entre les patientes ayant subi un avortement dans le cadre du programme public d’avortement de Mexico et les femmes post-partum en milieu urbain. Les deux sources de données considérées sont les dossiers cliniques de 45 233 patientes de l’avortement à Mexico et l’information obtenue d’une enquête en population relative à 1 289 femmes urbaines concernant leur adoption immédiate de la contraception après l’accouchement. Le résultat principal examiné était l’obtention d’une méthode contraceptive moderne réversible quelconque; les résultats secondaires étaient le niveau d’efficacité de la méthode et le type de méthode. Pour les deux sources de données, les effets de facteurs sociodémographiques ont été contrôlés par régression logistique et probabilités multivariables calculées.


Résultats: La probabilité corrigée d’adoption d’une méthode de contraception moderne réversible quelconque s’est avérée supérieure parmi les patientes de l’avortement (67% contre 48% chez les femmes post-partum). Cependant, sur la totalité des femmes ayant reçu une méthode contraceptive, les patientes de l’avortement présentaient une moindre probabilité corrigée d’avoir obtenu une méthode réversible à longue durée d’action (49% contre 82% des femmes post-partum) et une plus forte probabilité d’avoir obtenu une méthode modérément efficace (38% contre 13%). La probabilité corrigée d’adoption de l’implant s’est révélée supérieure parmi les clientes de l’avortement (9% contre 3% chez les femmes postpartum), tandis que la probabilité corrigée d’adoption du DIU était plus faible (38% contre 78%).


Conclusions: Les femmes qui obtiennent un avortement dans le cadre du programme public d’avortement de Mexico étaient plus susceptibles que leurs homologues post-partum urbaines de recevoir une méthode contraceptive moderne réversible avant de quitter la structure. La gamme complète de méthodes contraceptives doit être proposée aux femmes après tout événement obstétrical, pour les aider à éviter les grossesses non planifiées et les intervalles de grossesse courts.

Authors' Affiliations

Blair G. Darney is assistant professor, Department of Obstetrics and Gynecology, Oregon Health & Science University, Portland, OR, USA, and affiliate investigator with the Instituto Nacional de Salud Publica, Center for Population Health Research (CISP), Cuernavaca, Mexico. Evelyn Fuentes-Rivera is research assistant, CISP. Biani Saavedra-Avendaño is a doctoral student, Centro de Investigacion y Docencia en Economia, Mexico City. At the time of the study, Patricio Sanhueza-Smith was Director of the Sexual and Reproductive Program, Mexico City Ministry of Health, Mexico City. Raffaela Schiavon is an independent consultant, Mexico City and Italy.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health