Pages 190 - 199

Facteurs et processus socioéconomiques associés à la violence conjugale dans les milieux ruraux du Bangladesh

Contexte

Si l'omniprésence de la violence familiale à l'encontre des femmes au Bangladesh est bien documentée, les facteurs de risque spécifiques—ceux que peuvent affecter les politiques et programmes surtout—ne sont pas bien compris.

Méthodes

En 2001-2002, des enquêtes, entrevues en profondeur et discussions en petit groupe ont été menées auprès des femmes mariées de six villages ruraux du Bangladesh dans le but d'examiner les types et la gravité de la violence familiale, ainsi que d'explorer les voies par lesquelles les circonstances socioéconomiques des femmes peuvent influencer leur vulnérabilité à la violence au sein du mariage. Les probabilités de violence familiale à l'encontre des femmes durant l'année précédente ont été évaluées par analyse de régression logistique.

Résultats

Des quelque 1.200 femmes soumises à l'étude, 67% avaient été victimes de violence familiale, et 35% l'avaient été durant la dernière année écoulée. Selon les observations qualitatives, les participantes pensaient que les femmes instruites et disposant d'un revenu supérieur étaient moins vulnérables à la violence familiale; elles croyaient (ou espéraient) du reste que l'apport d'une dot ou l'enregistrement du mariage pouvaient renforcer la position de la femme au sein du mariage. De ces facteurs potentiels pourtant, seule l'éducation s'est avérée associée à une probabilité significativement moindre de violence. En revanche, les femmes étaient significativement plus susceptibles d'être victimes de violences en présence d'un accord de dot ou de revenus personnels contribuant plus que nominalement au ménage. Les femmes soutenaient fortement l'éducation de leurs filles, tout en demeurant toutefois sensibles aux pressions de les marier jeunes, en partie pour éviter les coûts de dot élevés.

Conclusions

Aux zones rurales de Bangladesh, les circonstances socioéconomiques des femmes peuvent influencer le risque de violence familiale qu'elles courent de manières complexes et contradictoires. Les observations semblent également indiquer une discordance entre les attentes naissantes des femmes et leurs réalités.

Authors' Affiliations

Lisa M. Bates is consultant, Empowerment of Women Research Program, Center for Applied Behavioral and Evaluation Research, Academy for Educational Development, Boston, MA, USA. Sidney Ruth Schuler is director, Empowerment of Women Research Program, Washington, DC. Farzana Islam is associate professor of anthropology, Jahangimagar University, Dhaka, Bangladesh. Md. Khairul Islam is country director, ORBIS International, Dhaka.

Acknowledgment

The authors thank the field research team—Shefali Akter, Shamsul Huda Badal, Khurshida Begum, Zakia Naznin, Rabeya Begum, Mahbuba Hoque, Rasheda Khan and Md. Tofazzel Hossain Monju—for data collection and useful insights. They also thank Joanna Maselko, Nicole Mailman and Diana Santana for extensive contributions to data analysis. This research was funded by institutional support from John Snow, Inc., Research and Training Institute and by grants from The William and Flora Hewlett Foundation, The Summit Foundation, The Moriah Fund and the U.S. Agency for International Development. The interpretations and conclusions in this article do not necessarily reflect those of the funding agencies.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health