Pelvic Pain and Associated Characteristics Among Women in Northern Mexico

Contexte

Voici peu encore, l'ordre du jour de la santé génésique se concentrait encore sur un nombre limité d'indicateurs de morbidité associés, en particulier, aux maladies graves. Les morbidités gynécologiques sources de douleur pelvienne, bien que non mortelles, imposent cependant un lourd fardeau quand on sait le potentiel qu'elles ont de réduire le bien-être général des femmes.

Méthodes

En 2005, une étude transversale en population a été effectuée à Hermosillo (Mexique) dans le but d'évaluer les conditions de douleur pelvienne autodéclarées dans un échantillon aléatoire de 1.307 femmes âgées de 25 à 54 ans. La prévalence sur 12 mois de chaque condition a été calculée et l'association entre la douleur pelvienne, les caractéristiques sociodémographiques, anthropométriques et génésiques et d'autres affections médicales a été évaluée par régression logistique.

Résultats

La prévalence sur 12 mois de la douleur pelvienne pendant la menstruation s'est révélée de 40% parmi 1.007 femmes réglées. La douleur pelvienne pendant ou après les rapports sexuels a été déclarée par 12% des 1.183 répondantes sexuellement actives. Parmi les 1.201 femmes non enceintes, 6% ont signalé une douleur pelvienne chronique. Dans les analyses corrigées, l'âge moindre (25 à 34 ans) et les antécédents d'IST ou de maladie inflammatoire pelvienne (MIP) sont associés à un risque accru de douleur pendant la menstruation et de douleur pelvienne chronique (rapport de probabilités, 1,6–3,1). Un terme d'interaction d'âge moindre et d'antécédents d'IST ou MIP est associé à un risque élevé de douleur pelvienne liée aux rapports sexuels (6,4). La douleur pelvienne chronique et la douleur pendant la menstruation sont décrites plus souvent comme perturbant les activités quotidiennes que la douleur pelvienne liée aux rapports sexuels. La proportion des femmes qui avaient parlé de leur condition à un médecin s'est révélée la plus élevée parmi celles atteintes de douleur pelvienne chronique (40%).

Conclusion

La douleur pelvienne associée à la menstruation, celle ressentie pendant ou après les rapports sexuels et la douleur pelvienne chronique représentent des plaintes courantes parmi les Mexicaines en âge de procréer. Les prestataires de santé devraient prêter davantage attention à ces affections.

Authors' Affiliations

Hilda García-Pérez is assistant professor, Department of Transborder Chicana/o and Latina/o Studies, Arizona State University, Tempe, AZ, USA. Sioban D. Harlow is professor, Department of Epidemiology, School of Public Health, University of Michigan, Ann Arbor, MI, USA. Christine A. Erdmann is associate professor, Medical University of the Americas, Charlestown, Nevis, West Indies. Catalina Denman is researcher-professor, Department of Health and Society, El Colegio de Sonora, Hermosillo, Mexico.

Acknowledgment

This article is based on research supported by grant D43 TW01276 from the National Institutes of Health/Fogarty International Center and grant 1000-1241 from the Ford Foundation.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health