Donate Now

Connect With Us

Search form

Pages 67 - 74

Emergency Contraceptive Pills: Knowledge and Attitudes Of Pharmacy Personnel in Managua, Nicaragua

Contexte

Étant donné que l'avortement est illégal au Nicaragua, la contraception post-coïtale représente une option importante de prévention de la grossesse. Les pilules contraceptives d'urgence sont disponibles en vente libre dans les pharmacies du Nicaragua. La connaissance de la méthode par le personnel des pharmacies et ses attitudes à son égard peuvent cependant affecter l'accès.

Méthodes

Une enquête transversale a été menée à Managua, capitale du Nicaragua. Les intervieweurs ont présenté un questionnaire semi-structuré à 93 employés de pharmacie afin de déterminer leur connaissance des pilules contraceptives d'urgence et leurs attitudes à son égard. Les réponses et les différences entre les employés de sexe masculin et féminin ont été examinées par statistiques descriptives et tableaux à double ?entrée.

Résultats

Tous les participants connaissaient des pilules contraceptives d'urgence et ont déclaré les avoir déjà vendu. La majorité les vendait au moins une fois par semaine (92%), généralement sans ordonnance (97%). Des participants qui savaient que les pilules contraceptives d'urgence ne doivent être prises qu'après que des rapports sexuels ont eu lieu, 45% savaient qu'elles peuvent être prises jusqu'à trois jours après l'acte; aucun ne savait qu'elles sont efficaces jusqu'à cinq jours après l'acte. Plus du tiers de l'ensemble des répondants (39%) pensaient que les pilules peuvent provoquer un avortement et la plupart en surestimaient les contre-indications et les effets secondaires. De grandes majorités estimaient que la disponibilité des pilules contraceptives d'urgence défavorise la pratique de méthodes continues (75%), favorise la prise de risques sexuels (82%) et accroît la transmission du VIH et d'autres IST (76%). Soixante-trois participants (68%) estimaient que les pilules contraceptives d'urgence sont nécessaires à la réduction des grossesses non désirées et non planifiées; 65% étaient disposés à les procurer à toutes les femmes qui en ont besoin, mais 13% seulement les donneraient à des mineures.

Conclusions

Le personnel des pharmacies de Managua délivre fréquemment les pilules contraceptives d'urgence mais doit être informé davantage pour conseiller correctement les femmes sur la méthode.

Authors' Affiliations

Nina Ehrle is a master's student at the Institute of Tropical Medicine and International Health, Charité-Universitätsmedizin, Berlin, Germany. Malabika Sarker is a senior lecturer at the Institute of Public Health, University of Heidelberg, Germany.

Acknowledgment

The authors thank Sandra García and Eileen Yam of Population Council, Mexico, for sharing their questionnaire, and Armando Ulloa, Roger Gonzales and Yadira Medrano at the National Autonomous University of Nicaragua for their support in the field. We also thank Luis Jaime Arguello and Carlos Guevara, Universidad Americana Managua; Luis Carlos Berrocal Almanza and Frank P. Schelp, professor emeritus at the Institute of Tropical Medicine and International Health, Charité-Universitätsmedizin Berlin, Germany.

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health