Pages 144 - 153

Déséquilibre des méthodes contraceptives et évolution de l’éventail de méthodes dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Contexte: L’éventail de méthodes—représentant les pourcentages de répartition, par méthode, des utilisatrices de la contraception dans un pays donné—est une mesure qui reflète la disponibilité d’une gamme de méthodes contraceptives. Une distribution asymétrique—dans laquelle 50% ou plus des utilisatrices pratiquent une même méthode—pourrait être préoccupante en ce qu’elle pourrait être signe d’insuffisance d’autres méthodes ou de biais des prestataires. Les variations de l’éventail comptent pour les pays individuels, les donateurs et les chercheurs qui étudient la dynamique contraceptive.

Méthodes

Afin de déterminer les tendances actuelles et l’évolution récente de l’éventail de méthodes, 109 pays à revenu faible à intermédiaire ont été examinés. Différentes méthodes statistiques ont été utilisées pour tester quatre facteurs de corrélation d’éventail asymétrique: la région géographique, l’indice d’effort programmatique de planification familiale, le taux de prévalence de la contraception moderne et l’indice de développement humain. Les changements survenus au niveau du recours à la stérilisation féminine et masculine, au stérilet, aux implants et aux injectables ont été évalués pour les pays disposant de données pertinentes.

Résultats

Trente pour cent des 109 pays soumis à l’analyse présentent un éventail de méthodes asymétrique—en légère baisse par rapport aux 35% observés en 2006. Seule la région géographique est en corrélation avec l’asymétrie, mais dans une mesure marginalement significative seulement. La proportion du recours à la stérilisation féminine, la stérilisation masculine ou au stérilet diminue dans un bien plus grand nombre de pays que celui des pays où elle augmente. La tendance est inverse pour l’injectable.

Conclusion

L’asymétrie de l’éventail de méthodes n’est pas un indicateur définitif de manque de choix contraceptif ou de biais des prestataires; elle peut aussi refléter les préférences culturelles. Dans les pays présentant un éventail asymétrique, la recherche se justifie pour en identifier la cause.

Authors' Affiliations

Jane Bertrand is professor and chair, and at the time this research was conducted, Ellen A. Knowles was research assistant—both with the Department of Global Health Systems and Development, Tulane University School of Public Health and Tropical Medicine, New Orleans, LA, USA. Tara M. Sullivan is project director, Knowledge for Health Project, Center for Communication Programs, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, MD, USA. At the time this research was conducted, Muhammad F. Zeeshan was doctoral student, The Ohio State University College of Public Health, Columbus, OH, USA. James D. Shelton is an independent consultant.

Author contact: [email protected]

Disclaimer
The views expressed in this publication do not necessarily reflect those of the Guttmacher Institute.

International Perspectives on Sexual and Reproductive Health

Support Our Work

Your support enables the Guttmacher Institute to advance sexual and reproductive health and rights in the United States and globally through our interrelated program of high-quality research, evidence-based advocacy and strategic communications.